Camping d'Asquins


Asquins, village de 319 habitants, riche d'un patrimoine architectural rural riche et religieux préservé, entouré de collines boisées, s'insère au coeur de la vallée de la Cure.
Son nom ancien "Esconium" ou "Asconium" désignerait un pays de sources et de fontaines.

A la limite des fiefs des Ducs de Bourgogne et des Comtes de Nevers, Asquins fut une dépendance de l'abbaye de Vézelay jusqu'au 16ème siècle.

Le village a vécu les grands rassemblements des premières croisades et fut témoin du départ des pèlerins, arborant coquille Saint-Jacques et bâton, en route vers Saint-Jacques de Compostelle.

Asquins a traversé à son rythme les remous de l'histoire, en conservant sa vie de village paysan, faite de laboureurs et de vignerons qui ont bâti et sû conserver leurs belles maisons de pierre.

Présentation

Eglise Saint-Jacques le Majeur

Au pied de la colline éternelle, l'église se dresse sur son rocher comme un signe de ralliement. Dédiée à Saint-Jacques le Majeur, l'église d'Asquins (12ème/16ème siècle) est inscrite par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité (conférence de Kyoto du 30 novembre 1998) en tant que point de départ de l'un des quatre grands chemins du pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle
(via Lemovicencis, dite voie de Vézelay).
Un très beau buste reliquaire en bois polychrome représentant Saint-Jacques (du 16ème), des boiseries du 18ème enveloppant les piliers de la nef, un bel ensemble de vitraux (19ème), dont Saint-Jacques dans le choeur baroque du 18ème siècle, méritent le détour.

Eglise

C'était une frontière naturelle entre le duché de bourgogne, le comté de Nevers et les terres royales.
La Cure, sans doute appelée "Arsiz" à l'époque celte, fut dénommée "Cora" par les romains. Elle court depuis le morvan où, à 700 mètres, elle prend sa source près d'Anost. Resserrée dans des défilés de granit, alimentée par de nombreux ruisseaux, la Cure a eu du mal à s'assagir. Elle fut utilisée jusqu'en 1924 par les morvandiaux qui expédiaient leur bois de chauffage à Paris. Aujourd'hui, plus sage, elle restitue en aval l'eau contenue dans ses différents barrages construits vers 1930. Après un trajet de 112 kilomètres, elle se jète dans l'Yonne en amont du pont de Cravant.

La Cure

 

Le village d'Asquins, plusieurs fois détruit et incendié au moyen âge, s'est reconstruit et transformé au cours des siècles.
La majorité du bâti date des 18ème et 19ème siècles. Les murs des maisons sont de belles pierres plates, bien appareillées et liées par un mortier de terre jaune.

Il reste encore de beaux exemples d'anciennes maisons de vignerons avec perron. Découvrez lors de vos promenades le lavoir et le rendez-vous de chasse au pied de l'église. D'autres lavoirs vous attendent au détour des rues.

Le Bâti

Dans le village

Le moutier et l'église Saint-Jacques le Majeur, les anciennes maisons paysannes et les colombiers, la grange aux dîmes, rue du Four, le rendez-vous de chasse du 16ème siècle, place Saint-Luc Martin, les lavoirs et fontaines aux quatre coins du village, le pont qui enjambe la Cure, les vestiges des remparts du 16ème siècle attendent le promeneur.

Aux Alentours

Au gré des sentiers, découvrez des paysages variés, les coteaux du vignoble de Vézelay, les cabanes de vignerons et la colline éternelle.
Sur le chemin ancien de Domecy sur le Vault, rencontrez la chapelle de Séchée (1734), et, sur le CD 123, la source fossile dite du "trou de serrure".

Curiosités

Xhtml | Css | Webmaster | 2010